• Joaquim Dassonville

POST-CONFINEMENT

Mis à jour : févr. 26


La tendance des commerces de proximité

Avec la pandémie de Covid-19 et le confinement, le e-commerce a explosé. Mais à l’opposé, on voit aussi émerger le retour des consommateurs dans les commerces de proximité, grâce au "click and collect". Pendant le confinement, la limitation des déplacements a conduit les français à privilégier des commerces près de chez eux.


Même si avec le déconfinement, certains ont repris leurs habitudes, d’autre ont décidé de continuer à fréquenter les magasins de leur quartiers.

Ce besoin de proximité et de convivialité, Karim et Kévin l’ont bien compris: ils ont créé leur épicerie ambulante à vélo, basée sur le souvenir du laitier de leur enfance. Ces deux amis lillois l'un graphiste, l'autre charpentier, ont réussi leur reconversion. “On avait juste un besoin de redonner du sens à ce qu’on faisait chaque jour", résume aujourd’hui Karim." Et puis le cercle vicieux du model de consommation d’aujourd’hui ne m’allait plus. C’est pour cela que j’ai proposé à Kévin de créer "Comment ça Vrac". Il m’a dit Ok, mais on le fait en vélo. »

A ce jour, et suite au premier confinement, c’est une équipe de quatre cyclistes motivés qui sillonne les quartiers lillois pour délivrer ses produits, choisis le matin chez les producteurs du coin. Il y a des légumes et fruits de saison, des épices, du miel, du pain, de la soupe, du vrac, en bref une épicerie mobile qui vend des produits locaux et bios.



A la ferme du Cimetière situé près de Lille, c’est l’effervescence avant l’arrivée de Karim qui va récupérer les produits pour les vendre sur les spots dans l’après-midi.

Chacun participe au choix et à la préparation des produits.

« Participer à la sélection des produits que l’on va proposer ensuite sur nos spots, c’est vraiment extraordinaire, c’est une question de confiance avec nos clients. » précise Karim

A la ferme, Debon légumes, Karin récupère surtout les courges d’hivers.


Le duo souhaitait également rendre accessible ce type d’alimentation de qualité au plus grand nombre. " On est devenu des "pros" de l’organisation ! La demande de passage se fait via notre site internet et nous livrons gratuitement, chaque quartier de Lille ayant son jour dédié. C’est facile ! " explique Karim.



Arrivée au local, c’est une fourmilière qui se met en place. Chacun sait ce qu’il a à faire. Tous les légumes sont répartis par catégorie avant d’être installé sur les vélos.

Il n’y a pas que des légumes, il y a aussi du pain, du vrac, des soupes, des cookies fait maison. Un vrai marché.

Sur son vélo avec sa remorque de plus de 250 KG, Karim arrive sur son premier spot de la journée. « Ding, ding, dong », il signale sa présence avec ses clochettes amarrées au vélo afin de se faire entendre de loin. Les habitants attendent son passage et sa marchandise qu’il tire quel que soit la météo. Les gens viennent en famille, entre amis, entre voisins ou seul. Habitués ou pas, ils adorent ce principe et peuvent mettre en pratique leurs convictions.

« C’est l’occasion de sortir un peu et de voir du monde, c’est convivial, ça me fait un bien fou » explique Maryse résidante à l’EHPAD « Les cèdres. »

Moment d’échange et de convivialité. Chaque passage est un rendez-vous, une occasion de croiser des amis ou voisins.

« La pandémie nous rappelle que l’activité humaine a un vrai impact sur l’environnement, venir chercher mes légumes en circuit court et pour moi un acte citoyen. D’autant plus que c’est original ce système de roulotte en vélo, avec la clochette pour signaler leur présence. Le vrac, les produits locaux, toutes les cases sont cochées. J’œuvre pour la planète à ma manière », témoigne Bérénice 26 ans.




Texte et photos Joaquim Dassonville Collectif DR

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2021 by Joaquim Dassonville PHOTOGRAPHER.